La poésie ! Vaste sujet que cet enchainement de vers rythmés par les nombreux effets de styles que l'on dénombre. Vaste par sa richesse, par sa beauté, par sa diversité et surtout par les thèmes abordés ! On passe alors de la tristesse du poète qui évoque le mythe originel de la poésie d'Orphée et Eurydice aux réquisitoires d’Hugo dans Les Châtiments. C'est justement à cette poésie engagée qu'est consacrée cette anthologie regroupant des textes du XIXe siècle à nos jours. Pourquoi cette période en particulier ? Parce qu'elle fut riche en évènements importants, qui marquèrent les esprits, et dont les poètes furent les témoins privilégiés. La poésie, de l'expression d'un mal-être, va devenir un vecteur de communication, voire de propagande, une manière de se faire entendre. Par le truchement de la poésie, c'est souvent les sentiments et pensées réprimées d'une population que le poète entend exprimer.
Parmi les évènements majeurs de ces deux derniers siècles, on retrouve la guerre franco-prussienne de 1870 qui conduit Rimbaud à dénoncer l'absurdité des combats dans Le Dormeur du Val. Cette guerre inspira aussi les sentiments nationalistes du poète Déroulède, qui incarnera dans ses ecrits, comme Les chants du soldat, l'esprit revanchard et belliciste d'une partie de la population française avant la 1ere guerre mondiale.
        Victor Hugo dénonce le massacre de Chios et avec cela la Guerre en général.
        C'est cette première guerre mondiale dont Apollinaire montrera l'horreur par le récit de combat, comme dans La Nuit d'Avril 1915.
Vient ensuite la Révolution russe en 1917 et les changements qu'elle apporte. Le régime alors mis en place est vivement dénoncé par des auteurs russes comme Mandelstam qui dans Distique sur Staline attaque le chef suprême de l'Union Soviétique. A l'inverse, l'engagement communiste du poète Eluard l'amène à écrire des odes à Staline.
        Un autre conflit attira l'attention des poètes: il s'agit de la Guerre civile espagnole, qui se déroula de 1936 à 1939 et opposa partisans de la République et partisans du général Franco. Les poètes furent au centre du conflit, et si certains, comme Gabriel Garcia Lorca, ne mirent pas leur talent poétique au service de leur combat idéologique, d'autres firent de la poésie le vecteur de leur pensée. Ce fut le cas, particulièrement, de Pablo Neruda et d’Antonio Machado.
        La deuxième guerre mondiale apporta elle aussi son lot de poésie engagée, du côté de la Résistance: Aragon faire l'éloge de la collaboration, au sein de la résistance française, des forces démocrates chrétiennes et communistes (La Rose et le réséda), tandis que Paul Eluard, dans le poème Liberté, rappelle les valeurs fondamentales de la démocratie face à l'oppression nazie.
Enfin le thème de liberté et de droit des peuples à disposer d'eux même, qui est apparue à l'issue des différentes guerres mondiales, va recevoir un écho dans les écrits d'Aimé Césaire. Dans Cahier d'un retour au pays natal, il dénonce le racisme présent dans les colonies, et sera ensuite élu député.


        L'étude de ces poèmes nous livrent plusieurs enseignements: le premier, est que le poète est un témoin privilégié de son temps; mais par la poésie, il ne se contente pas de rendre compte du monde qui l'entoure: ses écrits sont destinés à être diffusés, ils ne sont pas là pour exprimer seulement, mais pour dénoncer. Et à travers chacune des situations particulières décrites dans les poèmes, c'est souvent le thème universel de la guerre, de l'oppression, qui est évoqué.
        Mais cette réflexion ne peut être généralisée: si ces poètes étaient engagés, leur engagement, aujourd'hui, peut paraître étrange: Paul Eluard, tout en écrivant Liberté, chantait les mérites de Staline. Déroulède mettait son talent littéraire au service d'un appel aux armes et à la guerre. Le poète n'est donc pas toujours ce visionnaire éclairé, qui défendrait la bonne cause et porterait aux peuples la bonne parole. Il est, et reste, un homme de son temps, avec les complexités, et les contradictions, inhérentes à son époque.
        C'est en ce sens qu'une étude des poètes engagés est intéressante: parce que derrière leur poésie, on retrouve la complexité d'une époque, d'un monde, et d'une pensée. Leur engagement, qu'il se veuille ponctuel ou au contraire universel, donnera toujours matière à penser aux générations futures.

        Bonne lecture !