sur le chemin de jean racine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

12 octobre 2014

critique : Retour à l'état sauvage d'Eric Hunter

Présentation :

 

Titre : Retour à l'état sauvage

 

Auteur : Erin Hunter

 

Éditeur : Univers Poche

 

Collection : Pocket Jeunesse

 

Age : A partir de 9 ans

 

Type : Fantastique / Roman

 

Résumé :

 

Retour à l'état sauvage est le premier livre de la saga  La Guerre des Clans. Rusty, un chat domestique de six lunes (mois), part en forêt où vivraient des chats sauvages ayant la réputation d'être puissants et sanguinaires, pour chasser une souris. Une fois arrivé dans la forêt, il va rencontrer ces chats sauvages qui lui proposent de devenir l'un des leurs et de rejoindre leur Clan, ce qu'il fait. Il se rend vite compte que la vie est loin d'être paisible dans le clan et qu'il devra se battre contre la famine, la maladie, vivre la rivalité avec les autres Clans et peut-être même la trahison...

 

Mon avis

Ce premier livre agit surtout comme une sorte de présentation ou de porte d'entrée dans l'univers de La Guerre des Clans, qui nous permet de plonger dans l'histoire et de découvrir les personnages. Pour moi qui ai lu beaucoup d'autres livres de la saga , ce premier tome est incontournable car sans lui l'histoire n'a aucun sens. On y perçoit vraiment l'émotion des personnages et on s’imprègne de leur religion, de leurs rites et de leurs traditions « Le clan des Étoiles m'a envoyé un message il y a quelques lunes. ». Le livre est vraiment bien écrit, le vocabulaire utilisé est très riche et il se lit très bien (exemples : « combe », « campagnol », « pouponnière » etc...). Ce premier tome de la saga est peut-être loin d'être parfait, mais je vous conseille vivement de le lire pour le plaisir des mots et, si le cœur vous en dit, les autres tomes seront alors loin de vous décevoir.

 

Paul V. 4ème6

06 octobre 2014

dictée n°2 : 3ème6

Règle n°4:

Les adjectifs de couleur s'accordent, généralement, comme n'importe quel adjectif de base, c'est à dire en genre et en nombre avec le nom qu’ils qualifient.

Ex: Ces fleurs bleues sont très belles.

Mais il y a des cas particuliers :
a) Certains adjectifs sont crées d'après des noms communs. Ces adjectifs de couleur qui renvoient à une chose qui existe réellement ne s'accordent pas, mis à part quelques exceptions: rose, mauve, fauve, écarlate, pourpre etc...


Ex: Elle a des yeux émeraude !

 

b) Les adjectifs de couleur complétés d'un nom ou d'un autre adjectif ne s'accordent pas.
Ex: Cette mer bleu turquoise me fascine.

dictée n°2 : 3ème1

règle n°4 :Les adjectifs de couleurs s'accordent comme tous les autres adjectifs avec les noms qu'ils qualifient.
ex : un bracelet noir => des bracelets noirs

Mais il y a deux exceptions où il faut faire très attention.

a) Quand l'adjectif est un nom (marron, citron, turquoise, or kaki, olive marine, lavande,...), alors il est invariable.
ex : une robe lavande => des robes lavande
Attention : rose, fauve, mauve et écarlate prennent un "s" au pluriel (ex : des vestes mauves).

b) Quand l'adjectif de couleur est composé, il est invariable :
ex : une robe bleu ciel

c) Il faut faire également attention au sens que l'on veut donner à la phrase car ça fera varier l'orthographe des adjectifs qualificatifs
ex : des chats blanc et noir (chaque chat est blanc et noir), des chats blancs et noirs (il y a à la fois des chats noirs et des chats blancs).

01 octobre 2014

critique : La marque de Tétraskèle

         Résumé : Dans le royaume d'Islyas il n' y a que des femmes qui se sont succédées sur le trône. Elles ont une marque sur elles qui les protège : la marque de Tétraskèle, jusqu'à la vingt et unième génération. Car la prophétie d'Hécate va produire destruction, malheur et désolation qui pèseront sur le royaume. La vingt et unième génération produit  deux jumelles, Syane et Fauve, deux jolies princesses. Elles n'ont pas la trace lors de leur naissance. Personne ne sait qui montera sur le trône. Les deux sœurs s'adorent, l'une est intelligente, l'autre sportive. Elles vivent ensemble jusqu'à leurs quinze ans où tout à coup elles ne se sentent pas bien et là des marques apparaissent sur chacune de leurs épaules.  Elles ne veulent pas embêter leurs parents avec cette trace le jour de leur anniversaire. Mais leur chaperonne Mavika rentre lorsqu'elles s'habillent et les découvre marques : le jour de leur anniversaire elles sont séparées. Que va t-il se passer? Que vont faire Mavika et Gorak ( un puissant sorcier qui est également leur chaperon) en emmenant chacun une jeune fille ?

 

Critique : J'ai adoré ce livre. C'est l'histoire de deux sœurs qui ont dû être séparées à cause d'une marque et qui en plus doivent éliminer l'autre (ce qui est horrible). On a envie de savoir la suite, il y a plein de moments où on se demande ce qui va se passer. On y trouve des personnages étranges qui sont également magnifiques (des personnages nains et elfes en même temps et qui peuvent soigner les gens avec n'importe quelle plante). Ce livre nous fait passer par toutes les émotions : la joie (par exemple quand Fauve rencontre le prince de ses rêve en quelque sorte), la peur (va-t-elle tuer sa sœur ?), la tristesse (la mort de personnes chères)... L'auteur nous fait vivre le fantastique comme si cela existait vraiment.

 

Passage ; P. 53. « Syane était perchée fièrement sur l'étalon noir que leur père venait de lui offrir. Jamais Fauve n'aurait pensé vivre assez vieille pour voir un jour sa sœur désobéir, surtout à leur père. Ce n'était vraiment pas son style et pourtant c'était bien elle qui était montée sur le dos de ce grand destrier sombre comme la nuit ».

Il y  a 2 autres tomes pour l'instant.

 

Oryane C, 3ème1

critique : Un chien pour toujours

AUTEUR: EVA IBBOTSON

ILLUSTRATEUR : SHARON RENTTA

EDITEUR : GALLIMARD JEUNESSE (2012)

TRADUCTEUR : DIANE  MENARD

 

RESUME

Hal rêve  d’avoir un chien pour lui tenir compagnie .Mais ses parents ont toujours refusé. Quand son père rentra d’un  déplacement professionnel,  il emmena Hal à l’agence « chien pour tous » .celui-ci était fou de joie. Il choisit Flocon, un jeune bâtard tout blanc. Quand il apprit que c’était juste un chien de location, il était désespéré, alors il n’eut qu’une idée,  c’était de s’enfuir avec lui afin qu’ils  soient ensemble pour toujours .  C’est alors que commença  une  aventure à la fois super et dangereuse, auprès d’une fille et cinq chiens sans maitre.

 

CRITIQUE

J’ai beaucoup aimé ce livre car il y a plein d’aventures (comme la capture de Hal ou encore sa fugue) et aussi beaucoup d’appréhension (on est tenu en haleine par des histoires à suspense ,et on est inquiet pour la survie de Hal et Flocon) .Les chiens,  c’est ma passion parce qu’ils sont toujours d’une humeur  égale , qu’ils aiment que l’on s’occupe d’eux  et que l’on peut leur apprendre plein de choses .

Maessa J, 6ème2

critique : La sortie , tome 6 de la série : Le Carnet d’Allie

Auteur : Véronique Minder


Ce livre raconte l’histoire d’Allie. Elle aimerait un téléphone portable, mais ses parents s’y opposent alors que tous ses camarades en possèdent un. Elle est heureuse de participer à sa première sortie scolaire qui ne va pas se passer comme prévu. Il lui arrive en effet de nombreuses aventures. Avant son départ, son chat est coincé dans le mur de sa maison et Allie ne veut plus partir. Contrainte d’y aller par ses parents, Allie va à la sortie scolaire en chemise de nuit et tablier pour être habillée comme les pionniers de l’époque. Elle y  rencontre sont ex-ennemie qui se fait piquer par une abeille…

J’ai aimé ce livre pour plusieurs raisons. Tout d’abord j’ai trouvé qu’il était facile à lire,  les phrases sont simples et le vocabulaire courant : « Kevin était assis dans l’armoire de Mark et retirait du moisi accroché à sa chemise.»

Ensuite, le fait que le livre soit composé de règles et non de chapitres comme on le rencontre souvent, m’a bien plu. Finalement, cette histoire est amusante : «J’espère en secret  que le bus passerait sur un trou si gros que Cheyenne décollerait de son siège, se cognerait au plafond et que tous les  garçons verraient sa culotte.»

On a aussi envie de connaître la suite car on découvre, page après page, les différentes aventures d’Allie.

Je conseillerais à mes camarades de lire ce livre car certaines de ses aventures, comme le fait de ne pas avoir de portable ou celui de ne plus vouloir partir car notre chat est en difficulté, pourraient très bien nous arriver ou nous sont peut-être déjà arrivées.

Zoé P, 6ème2

22 septembre 2014

dictée n°1 3ème6

Règle n°1: Dans les verbes du premier groupe finissant par "YER" à l’infinitif, il faut faire attention à ne pas changer la conjugaison habituelle au présent de l’indicatif et se rappeler que ce sont des verbes du premier groupe:
- Je m'ennuie
- Tu t'ennuies
- Il s'ennuie
- Nous nous ennuyons
- Vous vous ennuyez
- Ils s'ennuient

Remarque: Pour je/tu/il/ils  le "Y" devient un "I"

Règle n°2: Tous les verbes se finissant par IR/OIR/RE/INDRE/SOUDRE, se conjuguent toujours de la même façon au présent de l’indicatif: s/s/t/ons/ez/ent :
- Je résous
- Tu résous
- Il résout
- Nous résolvons
- Vous résolvez
- Ils résolvent

Remarque : les verbes en –soudre changent de radical aux personnes du pluriel : -soud devient -solv

Règle n°3: Les autres verbes finissant par DRE gardent le d du radical aux trois personnes du singulier au présent de l’indicatif :
- Je prends
- Tu prends
- Il prend
- Nous prenons
- Vous prenez
- Ils prennent

16 septembre 2014

critique : Le Mystère du cheval écuyer de Claude Lux

Auteur : Claude Lux

Editeur : Vigot

Sous-genre littéraire : Roman fantastique

Lecteur : A partir de 10 ans

Mon résumé :

Sylvia est une palefrenière du Musée du cheval de Chantilly. L’ambiance n’est pas chaleureuse car le Maître des prestigieuses écuries est très sévère. Le seul ami de Sylvia est un vieil homme nommé Gustave. La vie des écuries est bouleversée par l’arrivée du magnifique étalon noir, Al Borak. Ce cheval se révèle indomptable. Pourtant, Sylvia tisse des liens avec lui. Cependant, la nuit d’étranges phénomènes se produisent… Qui est véritablement Al Borak ? Sylvia deviendra-t-elle la complice d’Al Borak ? Réussira-t-elle à le monter ? Le Maître reconnaîtra-t-il ses torts vis-à-vis de Sylvia ?

Ma critique :

J’ai adoré ce livre car je suis une passionnée des chevaux. J’aime cette complicité entre une cavalière et son cheval. De plus, il y a des aventures mystérieuses la nuit et le lecteur attend ces moments avec impatience pour les vivre. Ce roman est aussi une énigme à résoudre avant de découvrir la véritable identité d’Al Borak. Par ailleurs, le cadre des écuries de Chantilly est splendide. Le point fort de ce livre est un ensemble de documents sur l’histoire du château de Chantilly. Il y a de belles photographies de chevaux. Je pense qu’une histoire semblable pourrait s’imaginer dans le château de Versailles.

Mon passage préféré ( à la page 78 ) « Ils nageaient maintenant tous les deux dans les douves du château : une vision fantomatique, pour qui les aurait vus ! » Bien sûr, ce passage se situe la nuit donnant une ambiance inquiétante. Le suspense est à son maximum … Le lecteur a peur et vit les aventures de Sylvia et d’Al Borak avec enthousiasme.

Lucile B, 6ème2

critique : nos étoiles contraires, de John Green

Titre : Nos étoiles contraires

Auteur : John Green

Collection : Nathan Jeunesse (Version Française) Dutton Books

(Version Originale)

  Age : Plutôt pour les adolescents de 14 ans et plus

 

 

Résumé : Hazel Grace Lancaster, une jeune fille de 17 ans se trouve atteinte depuis ses 13 ans d'un cancer de la thyroïde. Ses parents décident de lui faire fréquenter un groupe de soutien pour qu'elle se sente mieux, ce qui n'est pas le cas. Elle y rencontre Augustus Waters, âgé de 18 ans, qui fut atteint d'ostéosarcome (ce qui lui a coûté une jambe). Hazel lui fait part de l'admiration qu'elle a pour un roman Une Impériale Affliction, Augustus lit le livre auquel Hazel tient tant et l’apprécie beaucoup : lui aussi veut savoir ce qu’il arrive aux personnages à la fin de l’ouvrage. Hazel avait tenté une centaine de fois par courrier de contacter Peter Van Houten, son auteur, qui ne donnait aucun signe de vie. Augustus trouve son adresse e-mail, lui envoie un courrier électronique, et reçoit une réponse. Ce dernier les invite à Amsterdam (la ville où il réside), ce qui rend Hazel folle de joie.

Augustus décide alors d'utiliser son vœu « Make-A-Wish » pour y aller avec Hazel accompagnée de sa mère. Arrivés à Amsterdam, les deux adolescents dînent à L'Oranjee, un restaurant très chic et le lendemain ils partent pour la maison du fameux Peter Van Houten. Ils découvrent alors que c'est un homme désagréable et sortent très furieux. Son assistante leur fait visiter la maison d'Anne Franck. Le soir même, les deux adolescents retournent à leur hôtel et passent une nuit pimentée...Malheureusement le lendemain, Augustus apprend alors à Hazel que son ostéosarcome est revenu et s'est répandu dans tout son corps. Que va-t-il se passer ? Comment vont-ils surmonter cette nouvelle épreuve ?

 

Mon Avis : Je trouve ce livre juste incroyable. Il vous transporte dans l'univers de ces deux jeunes, leur amour est magique.

Se trouvent dans ce livre des citations maintenant culte : « Le monde n'est pas une usine à exaucer les vœux » « OK sera notre toujours ». Ce roman est vraiment très touchant, il m'a fait pleurer rien qu'en le lisant. C'est en ayant lu ce genre de livre que l'on s'aperçoit de la chance que nous avons au moment présent. C'est à dire qu'on ne sent rend pas souvent compte de la chance que c'est d'être en bonne santé ou de pouvoir s’endormir sans avoir peur de ne plus jamais se réveiller. De plus, que ce livre a récemment été adapté au cinéma (Sortie en France le 20 août 2014). C'est un chef d’œuvre à la fois tragique, magique, dramatique et joyeux « Sans souffrance, comment connaître la joie ? ». Une fois que vous commencerez à lire ce livre, vous ne le lâcherez pas jusqu'à la fin.

Sabrina B, 3ème6

critique : Leviathan de Scott Wersterfeld

Titre :Leviathan

Auteur :Scott Wersterfeld

Edition: Pocket Jeunesse

 

Résumé : Aleksandar est le fils de l’archiduc d’Autriche, lui-même fils de l’empereur du St Empire Romain Germanique.

En 1914, la guerre éclate entre Darwinistes et Clankers, les deux grandes puissances européennes. Ses deux parents sont assassinés le soir même, sans même connaitre cette nouvelle, il est alors embarqué par son maitre d’armes et son maitre de mécanique, dans un mécanopode avec pour seul but :f uir et suivre les plans précis de feu son père, ce qui ne s’avèrera pas une mince affaire, avec les bêtises d’Alek.

Au même moment, en Grande Bretagne, Deryn Sharp, une jeune fille, se déguise en garçon pour entrer dans l’Air Service, où se trouve déjà son frère.

Ils ne le savent pas encore, mais leurs destins sont liés, alors qu’ils sont dans deux pays totalement différents, deux puissances ennemies…

 

Avis du lecteur : J’ai beaucoup aimé ce roman de Science-fiction, car l’auteur mélange bien la réalité avec la science-fiction, en plaçant son récit avec des éléments historiques, mais aussi des lieux et des personnages réels :  « Le Zoo Royal de Londres résonnait de cris stridents telle une volière en feu. Deryn s’arrêta en dérapage devant l’entrée principale, étourdie par ce concert de hululements et de rugissements. […]Elle avait demandé à Jaspert de lui faire visiter le zoo royal cinq semaines plus tôt, à sa descente du train de Glasgow ».  En effet, le Zoo royal de Londres et Glasgow existent réellement : ce sont deux lieux de Grande-Bretagne.

Et puis j’aime bien aussi la sensation d’être dans un futur proche se passant dans notre passé :  « L’Herkules n’était peut-être pas le plus imposant des bâtiments terrestres qu’ils avaient aperçus, mais il avait l’air agile, avec ses huit longues pattes semblables à celle d’une araignée. Ses nombreuses cheminées semblaient indiquer un gros moteur entre ses flancs. […] Le mât s’achevait par une plate-forme sur laquelle on distinguait deux minuscules silhouettes. », « En déambulant dans les rue de Lienz, Alek fut peu à peu gagné par un sentiment de dégoût. Il avait déjà vu des marchés de ce genre, bruyants, saturés d’odeur de sang et de viandes rôties. Le spectacle était peut-être pittoresque vu d’un carrosse ou d’un mécanopode cabriolet. Mais c’était la première fois qu’il en traversait un à pied. » Nous voyons, dans ces deux citations, un monde avec d’immenses monstres de métal comme dans La Guerre des étoiles, un monde très futuriste, mais aussi un marché de la vie de tous les jours, comme au Moyen Age.

Lucas D, 3ème1

- page 1 de 15