sur les chemins de la littérature

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

18 janvier 2016

exercices sur les figures de style

10 janvier 2016

dictée n°3 3ème4 sur les tirets.

Ecrivez les règles d'utilisation des tirets dans les commentaires de cet article.

Les différentes natures de "que".

Les différentes natures de « QUE »

1) « QUE » adverbe exclamatif :

« QUE » peut être un adverbe exclamatif. Dans ce cas-là « Que » a le sens de « comme »et se trouve dans une phrase exclamative.

Ex : « Que tu es grande ! »

Ici on peut mettre à la place de « que » comme : « Comme tu es grande ! » de plus la phrase se termine par un point d’exclamation. Il s’agit donc d’une phrase exclamative et donc d’un adverbe exclamatif.

2) «QUE » pronom interrogatif :

« QUE » peut aussi être un pronom interrogatif. Lorsqu’il est un pronom interrogatif, « QUE » se place devant le verbe et peut signifier « quelle chose ». Comme son nom l’indique que se trouve dans une phrase interrogative.

Ex : « Que manges-tu ? »

Dans cet exemple, on peut remplacer « que » par « quelle chose » : « quelle chose manges –tu ? » . On se trouve bien dans une phrase interrogative car elle se finit par un point d’interrogation et « que » se trouve devant le verbe.

3) « QUE » pronom relatif :

Lorsque « QUE » est un pronom relatif, il introduit une proposition subordonnée relative. A ce moment-là « QUE » est le premier mot de la proposition et remplace le nom noyau, qui se nomme antécédent, du groupe nominal dans lequel se trouve la proposition subordonnée relative.

Ex : « La robe que je porte est grande ».

Ici la proposition subordonnée relative est « que je porte ». QUE est le premier mot de la proposition subordonnée et il remplace l’antécédent robe. C’est donc un pronom relatif.

4) « QUE » conjonction de subordination

« QUE » peut aussi être une conjonction de subordination. Dans ce cas-là il introduit une proposition subordonnée conjonctive.

Ex : Promettez que vous viendrez demain.

je vérifie que c’est une conjonction de subordination car je peux la supprimer de la proposition subordonnée : vous viendrez demain.

5) « QUE » locution conjonctive :

« QUE » peut être la seconde partie  d’une locution conjonctive. Une locution conjonctive est un mot qui a un rôle de conjonction, qui unit deux propositions.

Ex : J’aime beaucoup cette tarte au citron bien que je la préfère à la fraise.

Dans l’exemple précédant « bien que » unit les propositions « J’aime beaucoup cette tarte au citron » et « Je la préférerai à la fraise » il s’agit donc d’une locution conjonctive.

6) « QUE »conjonction de subordination introduisant un complément du comparatif :

Le comparatif permet de comparer deux éléments d'un point de vue de la supériorité (plus… que), de l'infériorité (moins… que) ou de l'égalité (aussi, autant… que). Il se forme avec un adjectif. Le complément du comparatif est une proposition subordonnée conjonctive dans laquelle on a fait une ellipse du verbe, pour éviter une répétition. Donc « que » est une conjonction de subordination.

Ex : Marine est plus grande que Claire (sous entendu « n’est »).

Dans cet exemple Marine et Claire sont comparées grâce à l’adjectif au comparatif (plus) et le complément du comparatif « que Claire ».

03 janvier 2016

exercices sur la proposition subordonnée relative

18 novembre 2015

dictée n°2 3ème4

~Règle n°6 : expressions comme "peu de ...", "beaucoup de ...", ....

Dans ces expressions, le "peu" ou le "beaucoup" est considéré comme le sujet de la phrase. Mais, ils sont toujours suivis de compléments qui vont prendre en charge les accords avec le verbe.

Exemple : Peu d'enfants aiment les épinards.

Le complément "enfants" est au masculin pluriel, alors le verbe s'accorde au (masculin) pluriel et prend "-ent" comme terminaison.

~Règle n°7 : le pronom relatif sujet

Dans une proposition subordonnée relative avec un pronom relatif sujet, on accorde le verbe conjugué avec l'antécédent de ce pronom relatif.

Exemple : C'est moi qui gagne ce jeu.

Le verbe gagner a comme sujet le pronom relatif "qui" qui a lui-même comme antécédent "moi" qui est la première personne du singulier. On accorde donc le verbe à la première personne du singulier, ce qui donne "gagne".

~Règle n°8 : sujet inversé dans une proposition subordonnée relative

Dans une proposition subordonnée relative, le sujet peut être inversé. En effet; lorsque la proposition subordonnée relative se trouve au milieu de la proposition principale, et que le pronom relatif est COD, le sujet est inversé. Il faut donc chercher le sujet.

Exemple : La maison que visitent les acheteurs est très belle.

Dans cette phrase la proposition subordonnée est "que visitent les acheteurs" et la proposition principale est "La maison est belle.". On cherche le sujet du verbe visiter : Qui visitent la maison ? Les acheteurs, masculin pluriel, on conjugue donc le verbe au masculin pluriel. On cherche ensuite le sujet du verbe être : Qui est très belle ? La maison, féminin singulier, on conjugue donc le verbe au féminin singulier.

~Règle n°9 : sujet inversé lorsqu'un complément circonstanciel de lieu est en tête de phrase

Lorsque, dans une phrase en français correct, le complément circonstanciel de lieu est placé en tête de phrase, le sujet et inversé. Il y a d'abord le complément, ensuite le verbe, et enfin le sujet (plus le reste de la phrase si il y en a un). Il faut donc bien chercher le sujet.

Exemple : Derrière l'arbre se cachaient des enfants.

Il y a bien le complément circonstanciel de lieu "Derrière l'arbre" en tête de phrase, suivi du verbe, et enfin du sujet. On cherche le sujet : qui se cachent derrière l'arbre ? Les enfants, masculin pluriel, donc on accorde le verbe au masculin pluriel. Il faut se méfier du nom se trouvant dans le complément.

~Règle n°10 : les déterminant numéraux cardinaux

Tous les déterminants numéraux cardinaux sont invariables sauf vingt et cent lorsqu'ils sont multipliés sans être additionnés par la suite, dans ces cas-là, ils prennent un "s".

Exemple : Il y a cinq poissons dans mon aquarium.

Ici, "cinq", le déterminant numéral reste invariable même si son nom prend un "s".

Exemple : Quatre-vingts personnes sont présentes aujourd'hui.

Ici, "vingts" prend un "s" car il est multiplié (par quatre) sans être suivi d'une addition, comme c'est le cas dans "quatre-vingt-un" où après avoir multiplié par quatre, on additionne un , donc pas de "s" à vingt.

~Règle n°11 : le pronom-écran

Dans une phrase, il peut arriver qu'il y ait un pronom entre le sujet et le verbe qui nous ferait douter de l'accord de celui-ci. Pour résoudre ce problème, il faut simplement trouver le véritable sujet.

Exemple : Les oiseaux la survolent.

On a envie dans cette phrase d'accorder le verbe survoler avec "la" mais il faut chercher le véritable sujet : Qui survolent ? Les oiseaux, masculin pluriel, donc le verbe s'accorde au masculin pluriel et pas au féminin singulier comme si l'on avait accordé avec "la", le pronom-écran.

 

02 octobre 2015

dictée n°1 3ème4

Règle n°1 : L'accord du participe passé avec l'auxiliaire "avoir"

Le participe passé employé avec l'auxiliaire "avoir" ne s'accorde jamais avec le sujet.

Exemple : La petite fille a mangé une part de tarte.
--> Le participe passé "mangé" ne s'accorde pas avec le sujet "la petite fille".

Cependant, le participe passé employé avec l'auxiliaire "avoir" s'accorde avec le C.O.D. en genre et en nombre uniquement lorsque celui-ci est placé devant le verbe.

Exemple : Les enfants ont cueilli des fleurs.
--> Le C.O.D. "des fleurs" est placé derrière le participe passé "cueilli", pas d'accord du participe passé.

         Les enfants les ont cueillies.

--> Le C.O.D. "les" (qui remplace "des fleurs") est placé devant le verbe, accord du participe passé en genre et en nombre avec le C.O.D. (féminin pluriel).

Attention : Le C.O.D. qui se trouve devant le verbe est généralement un pronom relatif ou un pronom personnel.

Exemple : Les garçons l'ont mangée.
--> Le C.O.D " l' " qui se trouve devant le verbe est un pronom personnel.

         La tarte que tu as mangée est délicieuse.

--> Le C.O.D. "que" (qui remplace "la tarte") qui se trouve devant le verbe est un pronom relatif.

Attention : Le C.O.D. est aussi devant le verbe dans les phrases interrogative et exclamative.

Exemple : Quelle belle partie tu as organisée !
--> Phrase exclamative, C.O.D "quelle belle partie" devant le verbe.

         Quelle chose as-tu achetée ?

--> Phrase interrogative, C.O.D. "quelle chose" devant le verbe.

Règle n°2 : Distinguer les homophones de type "les" - "l'est", "ces" - "c'est"

Dans chaque cas, l'un des deux mots est associé à un verbe (exemple : "l'est" et "c'est" associé à être), l'autre est un déterminant ("les" / "ces").
Dans une phrase, si on hésite entre ces deux homophones, il suffit de faire le test suivant : remplacer "l'est" par le verbe à l'imparfait (dans cet exemple, "l'est" --> "l'était") et on regarde si cela a du sens.

Exemple : Ils ne les/l'est ont pas retrouvées.
--> On remplace "l'est" par "l'était" et on vérifie : Ils ne l'était ont pas retrouvées. Cela n'a pas de sens donc c'est "les" qui convient dans cette phrase.

         C'est/ces une merveilleuse nuit.

--> On remplace "c'est" par "c'était" et on vérifie : C'était une merveilleuse nuit. Cela a du sens, donc c'est "c'est" qui convient dans cette phrase.

Règle n°3 : Majuscule aux noms propres de nationalité

On met une majuscule uniquement quand l'adjectif est employé comme nom pour désigner une personne (exemple : un Français, un Belge ...). Dans les autres cas, on se passe de la majuscule.

Pour résumer : Les Français parlent français à leurs amis français.
--> On a d'abord un nom désignant une personne (donc majuscule) puis un nom de langue (pas de majuscule) et pour finir, un adjectif (pas de majuscule).

Règle n°4 : Distinguer les verbes employés à l'infinitif (er) des verbes employés au participe passé (é) du premier groupe

Pour distinguer l'un de l'autre, il suffit de remplacer celui-ci par un verbe du troisième groupe (exemple : prendre), si cela a du sens avec "prendre", c'est la forme à l'infinitif qui convient, sinon, si cela a du sens avec "pris", c'est la forme au participe passé qui convient.

Exemple : Il a mangé/manger des frites.
--> Remplaçons le verbe "manger" par "prendre" (verbe du troisième groupe) : Il a PRIS des frites. Donc, dans cette phrase, c'est la forme au participe passé qui convient ("mangé").

Règle n°5 : L'accord du participe passé avec l'auxiliaire "être"

Le participe passé d'un verbe employé avec l'auxiliaire "être" s'accorde en genre et en nombre avec son sujet.

Exemple : Les trains sont partis à l'heure prévue.
--> Le participe passé "partis" s'accorde en genre et en nombre avec le sujet "les trains" (masculin, pluriel).

Quand le sujet est un pronom personnel de la première ou la deuxième personne, il faut définir son genre pour accorder correctement le participe passé.

Exemple : Vous êtes arrivées en retard.
--> Ici, "vous" remplace "des filles", donc il faut accorder le participe passé "arrivées" au féminin pluriel.

20 mai 2015

critique : Sublutetia, la révolte de Hutan d'Eric Senabre

Titre : Sublutetia la révolte de Hutan (tome 1)

Auteur : Éric Senabre

Editeur : Didier jeunesse 

Résumé : Nathan et Keren, deux enfants de 11 ans se perdent dans une station de métro lors d’une sortie avec leur classe. Ils se retrouvent donc tout seuls dans une rame avec M.Kerizouet, un riche promoteur. Soudain, des bruits bizarres venant de dehors retentissent, le monsieur insiste pour que les enfants partent et le laissent. Nathan et Keren s’enfuient, mais ils sont poursuivis par des hommes habillés étrangement avec des costumes de carnaval. Pour les semer, les enfants s’enfoncent de plus en plus sous terre, découvrant des salles avec des machines, des plans qui montrent des rames de métro qui ne sont pas connues à la surface, et des grottes avec un ciel et des orangs outangs, tout un monde qu’ils n’auraient jamais dû connaître. 

Critique : J’ai beaucoup aimé ce livre car je le trouve original, parce qu’une histoire qui se passe sous les métros de Paris, ce n’est pas commun : « Préparez-vous à voir quelque chose que vous  n’auriez jamais imaginé. » (p 39) Ce livre est intéressant car il y a du suspense et pleins d’actions : « Nathan ! Quelqu’un arrive, réveille-toi !  – Quoi ? bredouilla Nathan, en tressautant. Mais où sommes-nous …Ah, oui. Quoi, qui arrive ?   – Je ne sais pas peut-être des gens qui nous cherchent ? » (p 47) Les personnages sont attachants : Nathan est un garçon passionné par le métro, il est raisonnable mais ne résiste pas quand l’occasion d’en conduire un se présente à lui : «  -C’est une vieille motrice. J’en avais déjà vu une, une fois. Une Sprague-Thomson, ça s’appelle. Elle date des années 1930. Peut-être même 1920. » (p 43) Keren, quant à elle, est une petite fille joyeuse et elle est toujours là quand il faut se lancer dans des aventures : « Tu vois ! Ma mère me dit toujours, qui ne risque rien n’a rien, dit Keren en souriant. » 

Isée B, 3ème1

critique : La sélection, tome 2, l'élite de Kiera Cass

La sélection, tome 2 l'élite

Auteur : Kiera Cass

Collection : Robert Lafont

Age: 12 ans à 15 ans

Résumé: Maxon, le prince de l'Etat d'Illéa, a l’âge d'être marié. Il doit trouver sa princesse. Chaque fille de chaque caste peut se présenter. América le fait, poussé par son ami Aspen, dont elle est amoureuse. Or d'après les lois, les jeunes-filles qui peuvent se présenter ne peuvent pas aimer quelqu'un d’autre car cela pourrait poser un problème après. Quand Aspen  apprend qu'América part pour la demeure du prince, il l'abandonne. Elle va à la demeure et elle essaye de rester le plus longtemps possible pour que sa famille gagne le plus d'argent possible. Elle se lie d'amitié avec le prince et devient sa confidente.

Au début il y avait trente-cinq candidates, il n'y a en a plus que six. Maintenant qu' Aspen (son ami d'enfance) est arrivé au château et qu'il est devenu garde royal, America le croise tous les jours. Mais il y a aussi Maxon : l'héritier du trône d'Illéa, qui lui a avoué ses sentiments. Elle ne sera plus l'amie-confidente à qui il confie ses secrets. Par contre il reste cinq rivales qui veulent aussi être la bien-aimée du prince Maxon, soit par amour, soit pour la richesse que donne cette place.

America est toujours autant amie avec les femmes de chambre qui lui font toujours d'aussi belles robes. Les tournages qui passent à la télévision de tout Illéa continuent. Tout le monde la regarde, ce qui la gêne. Elle adore se promener dans le jardin avec Maxon, ce jardin magnifique où la plupart du temps, il n'y a personne car les attaques des Renégats ( les méchants qui veulent être au pouvoir) se multiplient et le roi veut éviter que les promeneurs se fassent tuer. Elle doit également s'occuper des problèmes d'Illéa, comme ça, on étudie ses capacités à gérer un Etat. Elle cherche à trouver quelque chose qui changera sa vie à tout jamais. La famille royale ne l'aime pas trop car c'est la seule fille qui reste appartenant aux castes inférieures.

America déteste encore autant Céleste «cette garce», qui fait tout pour que Maxon oublie  America. Qui Maxon va-t-il choisir? Entre Maxon et Aspen, qui sera le petit ami d’America ? Est-ce que la famille de Maxon va aimer América?

critique : j'ai adoré cette série. C'est un peu comme Hunger games. C'est un jeu télévisé qui peut vous changer la vie. On a envie de savoir qui America va choisir, c'est cela qui nous pousse à lire les autres tomes. On peut se reconnaître dans América car elle nous ressemble, elle a plein de choix à faire comme nous. Beaucoup d'histoires s’enchaînent : les attaques des Renégats, les promenades dans le jardin quand Maxon parle des secrets du royaume à America et lui raconte ce qui s’est passé avant qu'Illéa remplace les Amérique. C’est drôle de voir la différence de nos mondes (les coutumes) « sous la photo, Grégory Illéa a rédigé un texte de sa propre main : Les enfants ont fêté Halloween cette année. Un divertissement qui me semble parfaitement futile. Notre famille est l'une des dernières à pouvoir se permettre ce genre de réjouissances, mais ces gamineries sont à mon avis un gâchis immense». On ne s'attend pas, aujourd'hui, à voir un monde divisé en castes, et qu’autant de discrimination existe entre celles-ci : les castes inférieures vivent dans des petites maisons alors qu'ils sont cinq ou six, la caste où est America est celle des artistes. Quand j'ai commencé le tome 1 de cette série, j'ai tout de suite voulu lire la suite pour savoir les choix que ferait America.

Oryane C, 3ème1

06 mai 2015

critique 2 : Hunger Games 1 de Suzanne Collins

Hunger Games

TOME 1

 

Auteur: Suzanne COLLINS

Collection: Pocket jeunesse

 

Résumé:

  Sur les ruines des États-Unis, après une révolte, le Capitole, où se trouve Panem la ville la plus riche, a décidé que tous les ans, il y aurait les Hunger Games. Cest un jeu composé de 24 candidats, où un garçon et une fille de chaque districts sont tirés au sort, et doivent se battre à mort pour quil nen reste quun, afin de prouver aux districts, que le Capitole reste le plus puissant et pour quil ny est pas de second soulèvement.

Un jeu imposé, 24 candidats. Seul le gagnant survivra!

  Katniss Everdeen, une jeune fille du district 12, âgée de seize ans, se porte volontaire à la place de sa soeur Primrose, lorsque celle-ci est tirée au sort lors de la Moisson, le jour où les tributs sont choisis, ceux qui se battent dans larène. Avec Peeta Mellark, le tribut mâle de ce district, Katniss essaie de survivre dans ce jeu, et de se faire des sponsors Elle sait chasser avec un arc, elle le faisait illégalement dans la forêt chez elle avec Gale, un ami, pour nourrir sa famille. Cest un atout.

  On suit lhistoire de cette fille, de la Moisson, jusquaux jeux

Remportera-t-elle les 74èmes Hunger Games?

Les Hungers Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre. Les autres mourront…”

Puisse le sort vous être favorable

Mon avis:

  Même après avoir vu le film des tas de fois, jai trouvé ce livre formidable! On sent le courage qui est très présent dans lhistoire, lorsquil arrive beaucoup de choses à Katniss: << Je suis volontaire! m’écrié-je. Je me porte volontaire comme tribut!>> p 28  << Derrière lui, Cato se fraie un chemin dans les buissons. Lui aussi ruisselle, et on dirait quil a une vilaine piqûre sous loeil. Je vois le soleil étinceler sur son épée et jobéis à Peeta. Je maccroche à mon arc et à mes flèches,je me cogne à des arbres qui jaillissent de nulle part, je titube,je tombe, je me relève. Je passe devant ma mare et menfonce en terrain inconnu.>> p 200. On a aussi peur de ce qui va lui arriver, on se demande si elle va sen sortir avant quun tribut ou la nature la tue Il y a un suspense continu tout le long des jeux car elle peut mourir à nimporte quel moment. << Je serre les dents tandis quelle effleure le contour de mes lèvres avec la pointe de son couteau.>> p 293. Dans cette histoire, il y a plusieurs moments émouvants, mais surtout un qui ma touché: << Sa poitrine se soulève encore, mais tout juste. Mes larmes coulent le long de mes joues. Mais je dois terminer la chanson.>> p 241. Cest le moment où une personne quelle aime est en train de mourir.

  On ressent les mêmes sentiments quand on lit ce livre que l'héroïne. Ce livre est génial!

 

Manon R-G 4e6

critique 2 : Divergente de Veronica Roth

Divergente

TOME 1

 

Auteur: Veronica Roth

Collection: Nathan

 

Résumé: 

 Tris, de son vrai nom: Beatrice Prior, vit dans un monde post-apocalyptique, qui est divisé en cinq factions: les Altruistes, les Érudits, les Fraternels, les Sincères et les Audacieux afin de préserver la paix. A l’âge de seize ans, tous les adolescents passent un test daptitude pour choisir leur faction lors de la cérémonie du choix. Mais lorsque la jeune fille le fait, le résultat nest pas concluant Elle est Divergente. Les divergents sont des cas rarissimes, ils sont dangereux pour le gouvernement, car ils nappartiennent pas à une seule faction comme les autres. Lors de la cérémonie du choix, elle se décide pour les Audacieux, ceux qui protègent la ville, et qui sont les plus courageux. Tris se fait vite des amis: Christina, Will et Al, mais aussi des ennemis: Peter, Drew et Molly.

  Lhéroïne doit réussir les étapes dune formation pour être enfin dans cette faction, ils sont classés et ceux qui échouent vont chez les sans-factions. Mais elle naurait peut-être pas dû aller chez les Audacieux, car cest un gros risque d’être divergente dans ce groupe.

  Tris doit cacher son secret, mais elle sent que quelque chose danormal est en train de se passer

 

Mon avis:

 Jai trouvé ce livre génial! Il est vraiment bien! Lhistoire est très originale, intéressante et formidable! 

  Dune part, Tris est courageuse bien quelle vienne des altruistes, les pète-sec comme dirait les autres factions. Dautre part, elle ne recule devant rien: << Je lui prends la main et on se tient au montant de la portière. Au moment où on arrive au niveau du toit, je compte: -Undeux...trois!! A trois, on se jette du wagon.>> p 55

  Mais aussi, ce qui est impressionnant, cest que lorsque ces jeunes partent de leur faction, ils nauront plus le droit de voir leur famille, sinon ce serait un acte de trahison: << La faction avant les liens du sang>> p 46

  On ressent les mêmes choses que Tris car cest elle qui est la narratrice, comme lorsquelle se jette du train, ou quand elle se bat, et on naime pas ses ennemis que lon trouve arrogants << Une fois que je suis habillée et que lenvie de pleurer sest calmée, je sens quelque chose de violent et de brûlant me tordre le ventre: le désir de me venger.>> p 155

  Ce livre est fantastique, je ne voyais pas lheure passer quand je le lisais car il est très accrocheur. Je ne pouvais plus marrêter de lire !

 

Manon R-G 4e6

- page 1 de 19