sur le chemin de jean racine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

05 mars 2015

dictée n°4 3ème1

Règle n°12 : l’accord du participe passé des verbes pronominaux

Un verbe pronominal est un verbe qui se conjugue avec un pronom réfléchi : me te se nous vous se

1/ Si le verbe est un verbe pronominal de sens réfléchi : c’est à dire quand une personne fait l’action sur elle-même, alors dans ce cas on suit la règle de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir.

Elle s’est lavé les dents. Le COD (les dents) est après le verbe donc pas d’accord.

Elle s’est lavée. Le COD est le pronom réfléchi « s’ », on accorde donc le particpe passé avec lui.

2/ Si le verbe est un verbe pronominal de sens réciproque: c’est à dire quand plusieurs personnes font une même action les uns envers les autres, alors dans ce cas on suit la règle de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir.

Elles se sont battues. Le COD (se) est avant le verbe donc il y a accord.

3/ Si le verbe est un verbe essentiellement pronominal : c’est à dire un verbe qui n’existe que sous la forme pronominal (ex : se suicider) ou qui change de sens à la forme pronominal (ex : sentir/se sentir), alors dans ce cas on suit la règle de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire être.

Exemple : Ils se sont enfuis par la fenêtre.

4/ Si le verbe est un verbe pronominal de sens passif : c’est à dire quand une personne subit l’action, alors dans ce cas on suit la règle de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire être.

Les arbres se sont abattus à cause du vent.

Remarque : Les participes passés des verbes pronominaux avec « se faire » ne s’accordent jamais.

Ils se sont fait voler leurs clés.

Règle 13 : Ou/Où

Ou sans accent est une conjonction de coordination. On l’utilise afin de relier deux mots ou deux groupes de mots pour indiquer un choix. On peut le remplacer par ou bien.

Venez lundi ou mardi. Venez lundi ou bien mardi.

Où avec un a accent grave est un pronom relatif ou un adverbe interrogatif qui sert généralement à l’expression d’un lieu mais pas toujours.

Les clés sont là tu les as posées. en est-il dans ses recherches ?

29 janvier 2015

critique : Le Pas de la dame blanche, d'Evelyne Brisou-Pellen

Ysée 3 : Le pas de la dame blanche

 

Auteur : Evelyne Brisou-Pellen

Résumé : Joffrey est condamné à racheter son honneur après avoir tenté de gagner un duel à la place de son père, qui est quelques minutes avant mort d’une crise cardiaque. Il doit donc le reprendre en gagnant des tournois, mais avant d’y participer, il insiste pour aller sur la tombe de celui-ci. Ysée ne veut pas l’accompagner car celle-ci se trouve dans le territoire des coquillards, alors elle l’attend à Semur. Mais malgré ça, un jour elle croise les bandits et se réfugie donc dans une auberge, où elle entend un complot contre le Dauphin. Ysée s’enfuit alors, et réussit à échapper aux hommes qui la poursuivent. Avant de revoir son maître, elle veut trouver une solution pour qu’il lave son honneur. Elle décide alors d’organiser un pas d’arme (Le pas d’arme est un ensemble de tournoi organisé par les nobles au moyen-âge.) Quel est ce mystérieux complot contre le Dauphin ? Et qui est celui-ci en vrai ? Est-il son père ? Qu’arrivera-t-il à la fin ?

Critique :    J’adore ce livre car on ne sait jamais ce qu’il se passera après, il y a du mystère et du suspense, parce qu’il y a toujours un problème qui se rajoute aux autres, (Joffrey doit retrouver son honneur, Ysée recroise les coquillards, elle surprend un complot…) et les problèmes se résolvent tous petit à petit. Il y a toujours plein d’action : « Sa lame se détourna. L’instant d’après, elle sautait sur le dos de Pénitence et s’enfuyait au galop (…) Rattrapez-le ! » (p 56). Je le trouve intéressane parce qu’il y a une enquête cachée dans cette histoire, même si c’est un roman fantastique, car Ysée essaye toujours de savoir qui fait le complot et elle ne pourrait pas se passer en vrai, elle est surnaturelle : la jeune fille échappe toujours aux coquillards et aux hommes qui la suivent alors que, normalement, ce n’est pas trop possible.

Isée B, 3ème1

21 janvier 2015

critique de film : la grande évasion de John Sturges

Titre du film (original) : The Great Escape

Réalisateur : John Sturges (Américain)

Date de sortie :1963

Type de film : Guerre, Action

 

Introduction : Ce film est tiré d'une histoire vraie et parle de la Seconde Guerre Mondiale.

Résumé : Des prisonniers Américains, Britanniques et Australiens, ayant déjà tenté de s'évader, se retrouvent dans un camp de concentration nazi, où les conditions de vie sont moins difficiles par rapport aux autres camps. Ils en profitent pour organiser une grande évasion, comptant plus de deux cents hommes, en creusant un tunnel depuis leur camp jusque de l'autre côté du grillage. Seulement il faut préparer consciencieusement l'évasion : calculer la longueur du tunnel, sa profondeur ; dissimuler les quantités de terre déblayées ; et bien d'autres objectifs sont à remplir afin de ne pas se faire repérer une fois libre.

            Une fois tout cela préparé, les fugitifs se rendent compte qu'ils ont mal mesuré leur tunnel et qu'il est impossible de faire marche arrière. Ils tentent cependant la fuite, malgré ce problème  important, ce qui ne leur facilite pas la tâche...

 

Avis personnel : J'ai adoré ce film, si bien que je l'ai vu plusieurs fois. La manière de préparer l'évasion, de creuser,de s'enfuir m'a intéressé puisque le stress est présent, du coup on a l'impression d'être à la place des prisonniers.

            Même si les événements ne sont pas des plus drôles, il y a un peu d'humour dans ce film, par exemple, lorsque les prisonniers arrachent des planches sous leurs lits afin de renforcer leur tunnel et que l'un d'eux, souhaitant se reposer, se jette dessus, retombe sur le matelas d'en-dessous, manque de planches !

            Ce film est incroyable et très réaliste au niveau des effets spéciaux, ce qui fait qu'il est célèbre, je vous conseille de le voir. Vous ne serez pas déçus !

 

Maxence C,3ème6

18 janvier 2015

critique : Le Club des cinq contre la montre d'Enid Blyton

Le club des cinq contre la montre :

Auteur : Enid Blyton

Résumé :Comme tous les étés, Claude et ses cousins, Annie, Mick et François, passent leurs vacances à la villa des mouettes. Mais cette année tout ne se passe pas comme prévu : la mère de Claude tombe malade, et comme elle ne peut plus s’occuper des enfants, elle engage Mme Friot qui est chargée de la maison. Mais elle ignore que celle-ci va leur mener la vie tellement dure, qu’ils décident de s’enfuir et d’aller camper dans l’île de Claude, celle de Kernach, avec leur fidèle chien Dagobert. Un jour ils découvrent une valise sur la plage et pendant la nuit ils aperçoivent une lumière : ils comprennent alors qu’ils ne sont pas seuls. Des kidnappeurs utilisent l’île de Claude pour y enfermer une petite fille qu’ils ont enlevée. Le Club des cinq se lance alors dans une course contre la montre pour mettre fin à cette histoire. Comment arriveront-ils à résoudre cette enquête ?  Qui est derrière cet enlèvement, et qui est la petite fille ?  Ne courent-ils pas un grand danger ?

Critique :J’adore ce livre car les personnages sont très attachants : Claude : en vrai garçon manqué, elle est imbattable dans tous les sports et elle ne pleure jamais…ou presque ; Mick : c’est un casse-cou qui n’hésite jamais avant de se lancer dans les plus périlleuses aventures ; Annie : La plus jeune, un peu froussarde ! Mais elle finit toujours par participer aux enquêtes, même quand il faut affronter de dangereux malfaiteurs… ; François : L’ainé, le plus raisonnable aussi. Grâce à son redoutable sens de l’orientation, il peut explorer n’importe quel souterrain sans jamais se perdre » (p4). J’adore ce livre parce qu’il y a du suspens : « Un cri aigu transperce la nuit. C’est un hurlement de terreur. Les enfants sont affolés. De quelle direction vient cette voix ? » (p181) Je le trouve très bien aussi parce qu’il y a beaucoup d’action (les enfants essayent de tenir tête au Friot, ils vont sur l’ile, ils découvrent des kidnappeurs…) : il y a plein d’éléments qui viennent changer le cours de l’histoire et qui se superposent.

Isée B, 3ème1

critique : Divergente de Veronica Roth

 Titre : Divergente

Auteur : Veronica Roth

Collection : Nathan (Version Française)

 Katherine Tegen Books (Version Originale)

Age adapté :  Pour adolescents de 14 ans ou plus

Nombres de Pages :  487

 

Résumé :

 

Tris, jeune adolescente, vit dans une nouvelle société constituée de cinq factions: les Altruistes, Érudits, Audacieux, Fraternels et les Sincères. A l’âge de leurs seize ans, des adolescents doivent choisir la faction à laquelle ils appartiendront pour le reste de leur vie. Lorsque Tris passe son test d'aptitude pour savoir quelle faction lui conviendrait le mieux, on s'aperçoit alors qu'elle n'est pas ordinaire : elle n'appartient à aucune des factions, elle est DIVERGENTE. Ce sont des personnes qui ne possèdent aucune limite; des dangers pour le gouvernement qui considère qu'ils perturbent la paix que lui même a instaurée. Lorsque Tris doit choisir sa faction, elle intègre les Audacieux. Ces personnes possèdent un courage sans limite et protègent les plus faibles. Pour pouvoir accéder à leur Q.G., il faut sauter d'un train pour atterrir sur un immeuble et de cet immeuble se lancer dans le vide, sans savoir ce qu'il y a plus bas. Elle s'y fait une amie: Christina. Tris saute la première avec un courage incroyable et découvre son tuteur Quatre. Mais ce n'est que le début pour cette pauvre fille, elle doit sans cesse être sûre que personne ne découvre son secret, car dans ce cas, elle serait exécutée sur le champ. Leurs tuteurs leur apprennent à lancer des couteaux, se battre entre eux, tirer au pistolet pour les préparer. Peu à peu, certaines personnes se doutent de quelque chose car Tris prend des risques incroyables sans aucune hésitation... Quatre va lui apprendre à réagir comme une audacieuse pour ne pas éveiller les soupçons. Mais le pire est encore à venir...

 

Mon avis

 

Ce livre est tout simplement incroyable. Il vous transporte dans un univers de peur, de danger et de courage : « La faction avant les liens du sang. » p 43. Le fait que le narrateur soit Tris rend le livre encore plus palpitant car nous nous mettons à sa place et voyons les choses de son point de vue : « Je me place devant la cible les paumes écartées, la lame s’est fichée dans la cible à trente centimètres de ma joue » p 162. Il y a beaucoup de questions à se poser et ce livre donne du courage et de la force.

J'ai lu ce livre en deux jours, je ne pouvais plus m’arrêter, il est très accrocheur et l'histoire est captivante. C'était une idée assez originale car dans Divergente, les gens sont classés selon leurs factions, il y a donc des inégalités. Mais les épreuves mises en place par les Audacieux sont à couper le souffle, au point que l'on stresse pour le personne principal « "Je crois aux actes de courage ordinaire, au courage qui pousse une personne à prendre la défense d'une autre."Il vous donnera envie de lire la suite,  Insurrection, qui est aussi bouleversant.

Divergente a été adapté au cinéma en Mars 2014 et fut merveilleusement jouée par l'actrice Shailene Woodley .

Ce livre contient aussi beaucoup de messages cachés et vous fera comprendre des choses que n'imagineriez même pas...

 « Un choix peut vous changer »

 

Sabrina B 3ème6

critique : Hunger Games 1 de Suzanne Collins

Critique : HUNGER GAMES 1

Auteur : Suzanne COLLINS

Edition : PKJ.

Age : 11 ans

Résumé :

Sur les ruines des Etats-Unis se trouve le Capitole, composé d’une ville mère, Panem, et de douze districts, séparés les uns les autres par des grillages à haute tension. Les habitants de Panem vivent aisément, et sont approvisionnés par les districts.

Le Président du Capitol, « Snow », un homme détestable,  fait organiser chaque année les « Hunger Games », jeux télévisés pour lesquels une fille et un garçon de chaque district,  âgés de onze à dix-sept ans sont tirés au sort comme tribut, puis regroupés dans une arène pour s’entre-tuer.

L’émission a pour  but de contrôler par la peur les districts susceptibles de rébellion. En outre le « vainqueur » est récompensé par une maison, et une grande somme d’argent versée annuellement, ce qui permet pour lui et sa famille d’être tranquilles à vie.

On suit l’aventure d’une fille du douzième district, âgée de seize ans, Katniss Everdeen, qui chasse illégalement  dans la forêt pour subvenir aux besoins de sa sœur Primrose et de sa mère totalement dépassée pas la mort de son mari.

Le jour du tirage au sort pour les 74ème Hunger Games, la moisson, Primrose pour sa première année est tirée au sort, alors, Katniss se porte volontaire à sa place… « Effie Trinket retourne vers le podium, déplie le papier et lit le nom à haute voix. Ce n’est pas le mien. C’est celui de Primrose Everdeen. » (page 26)

«Une seule règle dans l’arène : Survivre, à tout prix.»

Espérons que ses talents de chasseuse l’aident un peu. 

Mon avis :

Ce livre est excellent, c’est une histoire très originale. Malgré le fait que c’est de la science-fiction, tous les détails on l’air réels dans l’arène : « Même si je n’avais jamais vu de chiens pareils, il est clair qu’ils n’ont rien de naturel. Ils ressemble à d grands loups, mais quel loup se dresse et se tient en équilibre sur ses pattes arrière ? » (page340)

Je ressentais les mêmes sensations que Katniss, la faim, la déshydratation, et bien d’autres encore. Les lieux, les combats et les poursuites sont très bien décrits. « J’ai les jambes flageolantes, le cœur qui bat trop vite. Je n’arrête pas d’oublier ce que je fais. » (page177)

Les personnages sont très intéressants car ils sont tous différents par exemple dans l’arène, ils y a des tributs qui sont sans pitié, d’autres sont très intelligents et se cachent au lieu de tuer, mais certains sont trop naïfs et meurs très vite.

L’histoire m’a beaucoup touchée, car l’auteur nous laisse un goût amer du Capitole. Les personnages sont utilisés comme des marionnettes dans les jeux et dans la vie quotidienne. L’héroïne va défier ce gouvernement oppresseur sans en prendre conscience au départ.

Les chapitres son très réguliers, ce qui facilite la lecture (10/12 pages à chaque fois), et s’arrêtent toujours au moment où il se passe quelque chose d’important, ce qui procure beaucoup de suspense aux lecteurs. «-Mesdames et messieurs, que les soixante-quatorzièmes Hunger Games commencent ! » (page 155)

Sandra A, 3ème1

critique : Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky

Le Monde de Charlie

Auteur : Stephen Chbosky

Edition : SARBACANE

Age : 14 ans ( minimum !)

(Roman épistolaire, avec du langage familier, et des sujets assez chocs.)

Résumé:

Charlie fait son entrée au lycée, mais c’est compliqué pour lui sans son meilleur ami (mort pendant les grandes vacances). Ses camarades le trouvent bizarre, ses amis du collège ne lui parlent plus, il se met carrément à compter les jours qui lui restent à passer au lycée…

Mais en octobre il rencontre Patrick et Sam, demi-frère et sœur, qui invitent Charlie à passer du temps avec eux, et voilà que débute une magnifique amitié. Il rencontre aussi les amis de Patrick et Sam, Mary Elizabeth, Alice et Bob.

Charlie découvre un nouveau monde, la fête et tout ce qui s’ensuit, et tombe amoureux de la jolie Sam, ce qui complique un peu leur situation.

Il fait aussi face à des problèmes personnels, des souvenirs d’enfances qui ressurgissent petit à petit.

Mon avis :

Ce livre est génial. La narration est faite par le héros, il écrit des lettres à un inconnu, ce qui est assez troublant : « Je ne veux pas que tu me retrouves, c’est pour ça que j’ai décidé de ne pas donner leur vrai nom aux gens. C’est aussi pour ça que j’écrirai pas mon adresse au dos de l’enveloppe. » (page 12)

L’écriture de l’auteur est spectaculaire, car on a vraiment l’impression qu’un adolescent parle d’une manière sincère et directe au lecteur : « Cherche pas à savoir qui c’est, la fille, sinon tu pourrais deviner qui je suis et j’en ai franchement pas envie. »(page12)

Le point de vue du héros a vraiment un côté touchant et réfléchi, on aimerait être un de ses amis, du fait qu’il est attachant.

Les personnages dégagent tous une forte impression, car le héros est très observateur et décrit donc très bien ses proches : « J’aime Sam, voilà. Mais pas comme dans les films. Des fois, je me contente de la regarder, et je me dis que c’est la fille la plus gentille et la plus mignonne du monde. Drôle et super intelligente. » (page 62)

J’ai aussi aimé l’évolution des personnages, et le fait qu’il n’y ait pas de méchants ou de gentils. (Par exemple Charlie n’en veut pas à ses anciens amis de l’ignorer maintenant qu’ils sont au lycée, alors que c’est injuste.)

Et un des bon point dans ce livre, c’est qu’on découvre la culture musicale des années 90’s, l’auteur, a d’ailleurs écrit dans les premières pages du livre « la bande-son de Charlie » avec de super morceaux. On a aussi « Les livres « préférés » de Charlie », dans l’épilogue, qui peuvent par la suite nous donner des idées de lecture.

Sandra A, 3ème1

11 janvier 2015

critique : les Aventuriers de la cité Z

Critique de pièce de théâtre : Les Aventuriers de la Cité Z

 

Présentation : « Les aventuriers de la Cité Z » est une comédie mise en scène par Aymeric de Nadaillac, Cyril Gourbet et Fréderic Bui Duy Minh. Elle est jouée par : Cyril Gourbet, Sara Lepage, Aymeric de Nadaillac et Loïc Trehin. Elle compte plus de vingt-six décors et seize personnages joués par seulement quatre acteurs !!

 

Histoire :Nous sommes en 1925, lorsqu'un célèbre explorateur anglais, Percival Harrisson Fawcett s'apprête à découvrir l'ultime vestige de l'Eldorado qu'il a nommé : « Cité Z » : malheureusement pour lui, il disparaît et est oublié...

 

         Dix ans plus tard, sa fille Joan, rencontre Jack Beauregard (un aventurier imposteur) qui prétend avoir déjà voyagé en Amazonie et qui l'accompagne dans son expédition pour l'aider à retrouver son père ainsi que la fameuse cité... Seulement un dénommé « Spountz » au service d'Hitler (rappelez-vous que l'histoire se passe en 1935) convoite également le trésor de ces vestiges...

 

Mon avis personnel : J'ai adoré cette comédie ! Les acteurs jouent très bien leurs rôles et m'ont beaucoup fait rire (ainsi que le reste de la salle), par exemple lorsque Jack prétend savoir naviguer pendant une traversée à bateau et que ce bateau-ci s'appelle Concordia. Ils sont également capables de recréer beaucoup d'illusions (un avion qui  va s'écraser, une moto qui se déplace d'une manière très réaliste) !

Il y a beaucoup d'humour, de suspens et d'action, ce qui rend la pièce inoubliable ! C'est un mixte entre Indiana Jones, une bande dessinée et une histoire vraie et cela rend très bien. Les décors sont très réalistes et bien faits ! Mais il y a cependant des scènes « provocantes » et pas mal de grossièretés... Je vous conseille toutefois très fortement d'aller la voir, vous ne le regrettez pas !

Où aller voir la pièce ?

         La pièce était jouée depuis le 3 octobre 2014 au Théâtre des Mathurins, à Paris et a fini de se représenter le 4 janvier 2015.

          Elle avait une très bonne réputation (nombreuses critiques positives dans les journaux) et elle a été jouée au festival d'Avignon de l'année 2014 !

 Si plus tard, j'apprends qu'elle va être montée dans un autre théâtre, je vous en informerai.

 

Maxence C 3ème6

critique : La Quête des Livres-Monde, tome 1

La quête des Livres-Monde

TOME 1 : Le Livre des âmes

Auteur : Carina Rozenfeld

Résumé :

Zec est un garçon de 16 ans qui a une vie normale, jusqu’au jour où… d’étranges boutons apparaissent dans son dos. Il se rend compte que ce sont des ailes qui poussent. Plus tard, le jeune garçon fait la rencontre d’un vieil homme du nom d’Eyver qui lui apprend une nouvelle très surprenante. En réalité, Zec vient d’une autre planète, Chébérith, et elle a été détruite par l'Avaleur de Mondes qui l'a transformée en néant. Mais en plus de ça, le garçon doit, avec l’aide d’Eden une jeune fille ailée elle aussi, retrouver trois Livres-Monde, qui renferment Chébérith et toutes les âmes qui y vivaient. Malheureusement, L’Avaleur de Monde pourrait se réveiller à n’importe quel moment et décider de détruire la Terre à son tour… La quête s’annonce difficile car ils ne savent pas où sont cachés les livres et il y a ce monstre dangereux…

Critique :

Ce livre est tout simplement fantastique. Il y a beaucoup de suspense, et on se demande ce qu’il va se passer (Est-ce qu’ils vont réussir à trouver ces fameux livres? Est-ce que l’avaleur de Mondes va se réveiller? etc) : « Zec se laissa tomber en avant, comme s’il allait plonger. Il sentait son cœur qui cognait comme un fou dans sa poitrine alors qu’il chutait. L’eau noire du canal se rapprocha… Sans qu’il eut besoin de réfléchir, son instinct prit le dessus et ses ailes se mirent à battre, soulevant l’air autour de lui, le redressant, le faisant remonter, plus haut, encore plus haut. Jusqu’à ce que son visage soit tourné vers les étoiles, jusqu’à ce qu’il sente l’air se rafraîchir autour de lui, jusqu’à ce qu’il réalise complètement qu’il volait vraiment, que ce n’était pas un rêve cette fois-ci… » p 143.

Il y a aussi de l’action, une histoire d’amitié forte, du rêve : « Des ailes. Des ailes avaient poussé dans son dos. Des ailes d’une quinzaine de centimètres, qui ressemblaient à des ailes d’ange mais plus fines, blanches et soyeuses. Il n’y avait pas de plumes, mais un fin duvet très blanc qui recouvrait une peau presque translucide, dessinée de fines veines bleutées. Zec, abasourdi, contempla longuement cette apparition. Était-ce possible ? Il devait encore dormir, c’était un rêve. Ou un cauchemar. » p 32

On a des frissons en découvrant cette histoire fabuleuse que l'on veut lire jusqu’au bout pour savoir la fin. J’ai hâte d'avoir le tome 2!

Manon RG 4e6.

09 janvier 2015

dictée n°3 3ème1

Règle n°5 : accord du participe passé

a-      L’accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir :

Quand l’auxiliaire est avoir, le participe passé ne s'accorde jamais avec le sujet :
Exemple : Ils ont eu des cadeaux à Noël.

Mais il s’accorde avec le COD si celui-ci est placé devant l’auxiliaire. Dans ce cas, le COD a trois classes grammaticales possibles: pronom relatif, pronom personnel (le, la, les), phrase interrogative.
Exemple : Il les a eus à Noël. Pronom personnel
Exemple : Il a retrouvé les images qu'il a perdues.
Exemple : Quels résultats as-tu obtenus ?

b-      L'accord du participe passé avec l'auxiliaire être

Quand l’auxiliaire est être, l'accord du participe passé se fait toujours avec le sujet.
Exemple : Elle est devenue sourde après cet accident.

Attention! Il ne faut pas se tromper à la voix passive : la règle suivie est celle de l’auxiliaire être pour le second participe passé.
Exemple : "Les pickpockets ont été arrêtés."

Règle n°6 : Quelle/Qu'elle

"Quelle" est un pronom interrogatif/pronom exclamatif.
Exemple : Quelle aventure ! Qu’il aventure !
"Qu'elle"est revanche composé d'un pronom relatif (qu') et d'un pronom personnel (elle) : on peut alors le remplacer par « qu’il »
Exemple : Il sait qu'elle est partie. Il sait qu’il est parti.

Règle n°7 : ce /se

Ce : déterminant démonstratif (il est toujours placé devant un nom).
Exemple : Ce monsieur est mon père.

Se : pronom réfléchi. "Se" s'écrit "s-e" devant tous les verbes...
Exemple : Il se sait surveillé.
...Sauf être, où il peut s’écrire ce ou se.
Exemple : C'est ton tour. Il s’est lavé. (verbe pronominal à un temps composé).

Règle n°8 : Leur/Leurs

Leur(s) : déterminant possessif.
Attention! Selon le contexte, l'orthographe peut varier
.
Exemple : Les élèves ont tous embrassé leur mère.(sous entendu, "leur mère" à chacun)
Exemple : Les élèves ont lacé leurs chaussures : c’est obligatoirement un pluriel car chacun a plusieurs chaussures.
Exemple : Les élèves ont pris leur(s) cartable(s).
= Les deux orthographes sont acceptées.

Attention! "Leur" devant un verbe ne prend jamais de "s", car c'est un pronom personnel dans ce cas là déjà pluriel de "lui".
Exemple : Les enfants, il leur parle.

- page 1 de 18